L’Aventure du Sucre accueille l’exposition photographique d’Ashok Kallooa intitulée ‘Eskuli : Travay Otur Mulin’
CULTURE

L’Aventure du Sucre accueille l’exposition photographique d’Ashok Kallooa intitulée ‘Eskuli : Travay Otur Mulin’ 

L’Aventure du Sucre accueille l’exposition photographique d’Ashok Kallooa intitulée ‘Eskuli : Travay Otur Mulin’, dans le cadre de la célébration de la Fête du Travail du 1er mai. Basée sur la représentation des travailleurs, cette exposition met en lumière leurs métiers. Quel meilleur lieu que l’Aventure du Sucre pour cet évènement puisque le parcours muséal de 5000m2 de l’ancienne sucrerie de Beau Plan met également à l’honneur les métiers qui se sont développés au coeur et autour du moulin !

Ashok Kallooa, autodidacte passionné de photographie, partage avec le public 50 clichés en noir et blanc, ou sépia, parfois relevés par des tâches de couleurs. « J’ai passé mon enfance dans le camp sucrier de Beau Séjour Piton, indique Ashok, et j’ai été profondément marqué par le courage de mes parents laboureurs et les gens du voisinage qui partaient très tôt le matin pour le travail autour du moulin. C’était une enfance heureuse et libre au coeur de cette communauté modeste où tout le monde se connaissait et partageait des valeurs de solidarité, d’entre-aide et d’amour. Mon projet est donc né de ces souvenirs inoubliables. Si Le sucre est doux au goût, on oublie parfois le travail incroyable fourni par une multitude de métiers pour fer la bous dou. Cette exposition est ma façon de dire merci, en rendant hommage au travail et au savoir-faire de tous ces laboureurs, ouvriers et artisans qui font partie de la vie populaire mauricienne et que l’on rencontre encore dans tous nos villages ».

Sandrine D’Unienville, la responsable de la création culturelle et de la communication de l’Aventure du Sucre, souligne que les clichés d’Ashok, pris sur le vif, dressent une émouvante galerie de portraits des femmes et d’hommes dans leur travail quotidien. « On sent que les machines, les outils et la matière première font corps avec leur propriétaire, on dirait presqu’ils les prolongent. » ajoute-t-elle. Les camions Bedford des transporteurs, les serpes et pangas des coupeurs de canne, le marteau et l’enclume des forgerons, les feuilles de métal et le fer à souder des ferblantiers en passant par la mobylette chargée de l’énorme tas de marchandises du marchand ambulant…ces équipements sont emblématiques de notre île liée au sucre et dont l’identité a été forgée par cette plante usine et civilisationnelle qu’est la canne.

Les modes de production changent de plus en plus vite et certains métiers sont appelés à progressivement disparaître. Ashok Kallooa souhaite apporter un témoignage visuel de ce patrimoine toujours vivant et participe, à sa manière, à leur postérité. Dans le regard du photographe, les métiers liés au moulin apparaissent comme l’image rassurante d’une certaine continuité avec le passé car ils représentent la permanence de traditions anciennes de notre île.

« Ces hommes et ces femmes au travail sont comme un emblème pittoresque et authentique de notre île. Le projet photographique d’Ashok Kallooa s’inscrit pleinement dans les missions de l’Aventure du Sucre de favoriser l’économie circulaire et le partage du patrimoine collectif mauricien au profit des générations futures. Ces objectifs rejoignent le cadre plus global des Objectifs du Développement Durable (ODD) de l’UNESCO auxquels notre site souscrit pleinement » conclut Edwige Gufflet, la directrice de l’Aventure du Sucre.

De grandes reproductions des photographies sont installées dans les jardins du domaine de l’Aventure du Sucre à Beau Plan (accès gratuit) et au coeur du parcours de 5000m2 du musée (accès inclus dans le ticket d’entrée du musée). « Eskuli : Travay Otur Mulin » qui s’inscrit dans le cadre de la Fête du travail est le 3ème volet d’une trilogie qui a commencé en novembre 2020 avec l’exposition ‘Eskuli : Sier e kreasion’ à l’Aapravasi Ghat, dans le cadre de la commémoration de l’arrivée des premiers immigrants indiens à Maurice, suivie en février 2021 de l’exposition ‘Eskuli : Ban Batisers’, au village du Morne, dans le cadre de la commémoration de l’abolition de l’esclavage. Ce parcours culturel en trois temps a pu être réalisé grâce au soutien du National Art Fund.

Related posts