Les femmes dans le tourisme / Geraldine Ithier  Bajee , Directrice Commerciale, RIU Hotels & Resorts
FEMMES DANS LE TOURISME

Les femmes dans le tourisme / Geraldine Ithier Bajee , Directrice Commerciale, RIU Hotels & Resorts 

L’industrie touristique mauricienne doit aussi son succès au travail méticuleux, précieux, minutieux et passionné de milliers de femmes. Dans cette nouvelle rubrique « Île Maurice Tourisme » va rendre, sur une base régulière, hommage à ces milliers de femmes qui, dans l’ombre ou dans la lumière, façonnent elles aussi l’industrie-phare de l’île Maurice. Aujourd’hui nous accueillons, une figure connue et appréciée dans l’hôtellerie mauricienne : Geraldine Ithier Bajee, directrice Commerciale de RIU Hotels & Resorts. Passionnée par son métier, Geraldine Ithier Bajee gère avec enthousiasme un inventaire de 531 chambres avec RIU Creole et RIU Le Morne. Le regard qu’elle porte sur son métier et la place que la femme occupe dans ce secteur d’activité méritent que l’on s’y attarde.

En quoi consiste votre métier ?
Ma mission principale est de développer le portefeuille clients, qu’il s’agisse de fidéliser les existants comme de prospecter des nouveaux pour nos deux hôtels RIU Creole et RIU Le Morne.

Avec un inventaire de 531 chambres, je m’assure que la politique commerciale est bien élaborée: analyse du marché et de la concurrence locale, contrôle et évaluation de la qualité du service, fixation des contrats & prix, mise en place d’actions de promotion de l’établissement et renforcer les relations commerciales internes & externes.

Pourquoi avez-vous choisi le tourisme et quel est votre parcours professionnel ?
Durant mes années au collège, je nourrissais une passion pour tout ce qui est l’hôtellerie/tourisme. Mais à l’époque pour ma famille, une fille travaillant à l’hôtel était un sujet tabou, voire mal vu. Cependant j’ai pu convaincre mon père de me laisser poursuivre des études dans le tourisme.

Après 3 ans d’études tertiaires, j’ai eu mon premier job et je devais accepter ce qu’on m’offrait. J’ai débuté à la Réception du Spa dans un hôtel 5 étoiles, d’un grand groupe hôtelier et cela pour 3 ans.

Après cela, j’ai postulé dans un hôtel 4 étoiles d’un groupe mauricien au Front Office. Ma carrière a vraiment décollé à ce moment-là.

Quelques années après, une chaîne internationale a racheté ce groupe et m’offrant encore plus de possibilités pour m’épanouir dans ma carrière. J’ai changé de département, de la Réception au Commercial. J’ai évolué pendant 10 ans au sein du groupe et entre temps il y a eu différents rachats de l’hôtel.

Aujourd’hui cela fait 8 ans que je suis avec le groupe RIU avec une expérience internationale. Au début c’était un gros challenge car c’est un hôtel avec un gros inventaire de chambres. Cela fait pratiquement 22 ans aujourd’hui que je suis dans le tourisme.

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans l’exercice de votre métier ?
Les difficultés sont souvent conjoncturelles. Actuellement nous continuons à avoir le contrecoup de la pandémie et les effets de la guerre en Ukraine. Cette industrie est fragile, les difficultés auxquelles il faut s’adapter sont nombreuses.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui voudrait faire la même carrière que vous ?
Soyez enthousiaste et quand vous êtes choisi, faites un excellent travail. L’enthousiasme procure une énergie positive, qui serait en outre contagieuse. C’est pourquoi mieux vaut s’entourer de gens positifs et du robinet d’énergie vertueuse qu’ils génèrent. Cela va alimenter votre propre batterie pour apprendre, réaliser des projets et vous permettre de grandir au sein de votre entreprise. N’écoutez pas ceux qui sont là uniquement dans le but de vous décourager!

Pensez-vous que le rôle de la femme est suffisamment valorisé dans le tourisme ?
Je ne dirai pas suffisamment valorisé, même si plusieurs entreprises favorisent l’égalité professionnelle et la mixité. Trop peu d’entre elles occupent des postes de direction où elles sont minoritaires. Une situation injuste renforcée par des inégalités salariales et des emplois plus précaires et informels.

Avez-vous le sentiment que vous devez faire deux fois plus qu’un homme pour vous imposer dans votre métier ?
Certainement. Par moments, il est difficile de se faire comprendre ou respecter mais avec beaucoup de détermination, c’est réalisable.

Comment arrivez-vous à concilier votre travail avec votre rôle de femme/mère/épouse ?
Malgré mon emploi du temps chargé, j’essaie de me consacrer au maximum à ma famille.

Avez-vous un role model (local ou international) ? 
Mon role model a été tout le temps mon père. Même s’il n’est plus de ce monde, il m’a appris à être patiente dans les moments de défis et il m’a aussi appris la valeur du temps.

Quelles sont vos passions ?
Le social. Je suis présidente d’une association dans le Sud.

Gourmande ou gourmet ?
Gourmet

Quelle a été, pour vous, la plus grande avancée féminine de ces 10 dernières années ?
C’est un ensemble d’avancées je dirais. La femme de nos jours est indépendante, elle est de moins en moins soumise du fait qu’elle travaille et qu’elle s’autorise des loisirs personnels. De manière générale, l’homme et la femme peuvent se répartir les tâches ménagères et éduquer à deux leurs enfants.  

Quelle est la place du sport dans votre vie ?
Très minime avec mon emploi du temps chargé.

Le dernier livre que vous avez lu ?
Awaken the giant within – Anthony Robbins

Quel est l’endroit que vous préférez le plus à Maurice ?
Chamarel

Related posts