« Coquille Bonheur » fête ses 15 ans : Une empreinte durable sur le tourisme mauricien !
TOURISME

« Coquille Bonheur » fête ses 15 ans : Une empreinte durable sur le tourisme mauricien ! 

« Coquille Bonheur », boutique tour-opérateur haut de gamme créé et dirigé par Christian Lefèvre, passe, cette semaine, un cap dans son histoire : 15 ans ! Cela fait 15 ans, en effet, que Christian Lefèvre a lancé ce tour-opérateur qui ne ressemble à aucun autre à Maurice. « Coquille Bonheur », c’est sa particularité et donc son identité, prône un tourisme censitaire, refuse l’uniformisation des prestations, se laisse guider par une exigence de qualité sans compromis et ancre son destin dans un tourisme plus éco-responsable, dans la communauté et son avancement. À l’heure où « Coquille Bonheur » fête ses noces de cristal avec la destination, retour sur 15 de ses initiatives qui ont laissé une empreinte durable sur la destination.

1.Non à la nage avec les dauphins
« Coquille Bonheur » est le premier tour-opérateur à l’île Maurice à refuser l’activité nage avec les dauphins et les tortues sur l’île, estimant qu’il s’agit de la solution la plus pertinente et la plus efficace à long terme pour préserver la beauté et la santé de nos animaux marins. « Coquille Bonheur » encourage plutôt ses clients à faire des expéditions avec les dauphins dans lesquelles la nage n’est pas impliquée mais uniquement les regarder dans leur habitat naturel.

2.Born to be Wild
« Coquille Bonheur » a signé, en 2019 la campagne Blood Lions et soutient la fin des activités de chasse et d’exploitation commerciale d’espèces d’animaux sauvages. Les ‘Blood Lions’ ont attiré l’attention du monde entier sur les horreurs de l’élevage de félins, de la chasse et de diverses autres activités d’exploitation impliquant des lions et d’autres espèces.

3.Catamaran à l’énergie solaire
Les excursions en mer de « Coquille Bonheur » se font exclusivement à bord d’un catamaran propulsé à l’énergie solaire. Ce catamaran sans émissions nocives et sans bruit respecte l’environnement marin à son maximum.

« Coquille Bonheur, continuera à encourager une prise de conscience de l’éco-développement de la destination à travers des pratiques respectueuses de l’environnement pour préserver nos ressources naturelles, culturelles et sociales sur le long terme ainsi que la participation de l’ensemble de la population à tous les niveaux vers un tourisme plus responsable. C’est notre devoir en tant que DMC conscient. Ces nouvelles normes sont un moyen sûr et responsable d’opérer. »
CHRISTIAN LEFEVRE

4.Utilisation des gobelets biodégradables
Après avoir banni tous les produits plastiques à usage unique à son siège social, « Coquille Bonheur » décide, en 2019, de n’offrir à ses clients à l’arrivée, à l’aéroport et lors des excursions, que des gobelets d’eau en papier biodégradable à la place des bouteilles en plastique. Les gobelets en papier ont été testés selon la méthode ASTM D5511-11 et montrent un contrôle biodégradable positif après 52 jours d’incubation.

5.Mise en avant des eco-lodges
Bien avant que le « tourisme vert » ne devienne à la mode, « Coquille Bonheur » s’est engagé à faire une promotion intensive des « Eco-lodges » mauriciens. Pas moins de sept lodges sont ainsi listés dans sa brochure et son site web : Ferney Nature Lodge, Otentic Eco Tents, L’Exil Lodges, La Vieille Cheminée, La Hacienda Lodge, Native Lodge, Bubble Lodge et Lodges Exclusives LakazChamarel.

6.Valorisation du patrimoine culturel
Depuis sa création, « Coquille Bonheur » s’est engagé dans la valorisation du patrimoine culturel mauricien en incluant dans ses brochures les attractions culturelles connues et moins connues.
Le but étant de démontrer que les avantages économiques qui en découleront favoriseront la préservation et la protection actives d’importantes ressources locales, établiront des relations vitales entre et au sein des communautés locales et aideront à encourager le développement et l’entretien des équipements communautaires nouveaux / existants. L’objectif est d’encourager une culture de préservation, de faire connaître le site touristique, l’attraction ou l’importance de la région et sensibiliser les résidents locaux et les visiteurs à être conscients de leur impact sur l’environnement naturel.

7.Véhicules hybrides
Conscient de l’impact que peuvent avoir ses activités motorisées sur l’environnement « Coquille Bonheur » introduit de plus en plus de véhicules hybrides dans sa flotte. L’objectif, à terme, est de laisser une empreinte carbone neutre lors de ses activités de transferts et d’excursions.

8.Un employeur garantissant l’égalité des chances
« Coquille Bonheur » a fait sienne une belle maxime d’Antoine de Saint-Exupéry : “Si tu diffères de moi, mon frère, loin de me léser, tu m’enrichis.”. Employeur d’action positive, « Coquille Bonheur » prône la diversité et s’engage à créer un environnement inclusif de respect mutuel et de mérite.
« Coquille Bonheur » ne pratique pas de discrimination dans l’emploi sur la base de la communauté, de couleur, de la religion, du sexe, de l’affiliation politique, de l’état matrimonial, du handicap, du statut VIH et de l’âge. « Coquille Bonheur » est catégoriquement contre la discrimination et le harcèlement de toute nature. « Coquille Bonheur » prêche une politique d’équité en matière d’emploi et sa composante de personnel est équilibrée entre les sexes.

9. « Coquille Bonheur » est signataire de « The Code » qui protège les enfants contre l’exploitation.
« Coquille Bonheur » est, depuis 2016, membre de ‘The Code’, qui soutient la protection des enfants contre toutes les formes d’exploitation, y compris l’exploitation commerciale et sexuelle dans les industries du voyage et du tourisme. The Code («Code de conduite pour la protection des enfants contre l’exploitation sexuelle dans le tourisme») est une initiative à plusieurs parties prenantes dont la mission est de fournir une sensibilisation et un soutien à l’industrie du tourisme afin de prévenir les abus sexuels et l’exploitation des enfants.

10.La « Fondation The Shell » pour aider les enfants
« Coquille Bonheur » a sa propre Fondation « Lucky Shell », où des activités et des événements sont fréquemment organisés pour aider les enfants particulièrement défavorisés, dans le besoin et les habitants défavorisés de la République de Maurice. « Lucky Shell » est une organisation non gouvernementale, laïque et entièrement financée par la société « Coquille Bonheur ». Elle se concentre à la fois sur les besoins immédiats des enfants vulnérables et sur les mesures préventives pour soutenir les familles dans le besoin. [«] Nous travaillons pour la durabilité et le bien-être des enfants, des jeunes et des seniors, en particulier les plus vulnérables, sans aucune discrimination d’aucune sorte. L’objectif principal est de promouvoir les activités bénévoles / caritatives, le développement communautaire et social à Maurice, en particulier la promotion de l’éducation sociale, la promotion de la santé et le soulagement de la pauvreté, de la détresse et de la maladie. »

11.Implication totale auprès de la communauté
« Coquille Bonheur » joue son rôle d’acteur prépondérant auprès de la communauté et a été à la base de quelques initiatives qui font la différence. « Coquille Bonheur » s’occupe ainsi depuis plusieurs années de 15 familles de Camp Levieux en fournissant de la nourriture, du matériel scolaire, des jouets pour la fête de Noël, est intervenu aux côtés de l’Arche de Noé pour aider un enfant à se faire opérer en Inde ou encore auprès de l’École d’alphabétisation de Fatima pour amener 14 femmes de la « Résidence Mère Teresa », de Triolet à suivre un cours d’artisanat pour lutter contre la pauvreté. Les initiatives sociales de « Coquille Bonheur » se comptent par dizaines, auprès de toutes les composantes de la société mauricienne.

12.Partage des richesses du tourisme
« Coquille Bonheur » croit dans le développement de l’équité dans le partage des bénéfices du tourisme et à la promotion du tourisme communautaire ; faire profiter la population locale du tourisme en promouvant des excursions et des activités authentiques à travers la richesse culturelle de l’île Maurice, à travers la diversité culturelle, sa faune et sa flore, sa richesse en saveurs et paysages. Les communautés locales, et leur avancement, sont considérées comme des partenaires à part entière et « Coquille Bonheur » veille à ce qu’elles profitent aussi des retombées économiques du tourisme. « Coquille Bonheur » encourage sa clientèle à aller à la découverte de l’âme de l’île Maurice et de ses coutumes et ainsi de participer à l’avancement de la communauté.

13.Planter 5 000 arbres à Albion
« Coquille Bonheur » est fermement convaincu que l’avenir de l’industrie du tourisme réside dans la prise de conscience écologique et environnementale des entreprises au-delà du résultat, et l’intégration des principes de durabilité dans leur entreprise.
« Coquille Bonheur », qui ne fait pas que prêcher mais est également très efficace sur le terrain s’est ainsi occupé de la gestion pour la restauration d’un parc dans le Village d’Albion en collaboration avec le tour-opérateur britannique, MauritiusHolidays Direct. C’est la première fois qu’un tour-opérateur britannique, en collaboration avec un DMC mauricien, investit massivement dans un programme de plantation d’arbres à l’Île Maurice et témoigne de son engagement envers les clients qui souhaitent s’investir afin de réduire leur empreinte de carbone. Les vacanciers peuvent choisir de visiter le parc et d’aider à planter leurs arbres ou tout simplement faire appel à des botanistes locaux employés dans le cadre du projet pour planter des arbres en leur nom. 5 000 arbres seront plantés dans le cadre de cette initiative unique à Maurice.

14.L’authenticité de l’hospitalité
Il y a une hospitalité à la mauricienne et « Coquille Bonheur » se fait fort d’en être le digne représentant. Cet art de vivre à la mauricienne, où respect, bienveillance et sourire sont essentiels, transpire à tous les niveaux des prestations de « Coquille Bonheur ». L’hospitalité et le service à la manière de « Coquille Bonheur », personnalisables à souhait, se veulent être, en toutes circonstances, la carte de visite de la destination Maurice.

15.Créativité et originalité
Dans un monde où l’uniformisation semble devenir la règle, « Coquille Bonheur » a pris la gageure d’être différent pour offrir à sa clientèle de vrais moments d’exception. L’essentiel de ses prestations est du « sur-mesure » et l’accent est systématiquement mis sur la créativité et l’originalité. « Coquille Bonheur », depuis des années, propose à sa clientèle des prestations à haute valeur ajoutée où l’humain, plus que le chiffre, est au centre des considérations.

Après 5 475 jours, 131 400 heures et 7 884 000 minutes au service de l’industrie touristique, « Coquille Bonheur », à l’heure où l’île Maurice touristique reprend des couleurs, attaque la prochaine décennie avec la même envie. « Nous repartons de plus belle sur les routes mauriciennes pour vous faire vivre de nouvelles aventures, des expériences uniques et inoubliables. On dit qu’avoir 15 ans c’est avoir la vie devant soi et avoir le monde qui s’offre à soi. C’est ainsi que nous entendons saisir toutes les opportunités d’être de nouveau à vos côtés pour vous offrir le meilleur service et persévérer dans notre quête de l’excellence » souligne Christian Lefèvre dans un message adressé à ses partenaires.

« Aujourd’hui, grâce à vous, notre structure est un acteur majeur du secteur touristique mauricien. Ces 15 ans d’existence ont été marqués par notre développement et la fidélisation d’une clientèle très exigeante. Les années à venir seront, j’en suis sûr, l’occasion de renforcer notre position, de développer de nouveaux services pour répondre à vos attentes et d’instiller encore plus de bonheur dans le cœur des visiteurs » écrit-il.

Un véritable acte de foi renouvelé d’un tour-opérateur en avance sur son temps. « Coquille Bonheur, continuera à encourager une prise de conscience de l’éco-développement de la destination à travers des pratiques respectueuses de l’environnement pour préserver nos ressources naturelles, culturelles et sociales sur le long terme ainsi que la participation de l’ensemble de la population à tous les niveaux vers un tourisme plus responsable. C’est notre devoir en tant que DMC conscient. Ces nouvelles normes sont un moyen sûr et responsable d’opérer. » souligne Christian Lefèvre.

Related posts

Leave a Reply

Required fields are marked *