Les femmes dans le tourisme / Sheila Malloo, Rooms Division Manager, LUX* Belle Mare
FEMMES DANS LE TOURISME

Les femmes dans le tourisme / Sheila Malloo, Rooms Division Manager, LUX* Belle Mare 

L’industrie touristique mauricienne doit aussi son succès au travail méticuleux, précieux, minutieux et passionné de milliers de femmes. Dans cette nouvelle rubrique « Île Maurice Tourisme » va rendre, sur une base hebdomadaire, hommage à ces milliers de femmes qui, dans l’ombre ou dans la lumière, façonnent elles aussi l’industrie-phare de l’île Maurice. Aujourd’hui nous accueillons Sheila Malloo, la responsable d’Hébergement de LUX* Belle Mare. Cette professionnelle de grand talent, qui porte son sourire en bandoulière, est l’un des visages les plus attachants de LUX* Belle Mare. La réputation de cet établissement cinq étoiles incontournable de la côte Est repose pour beaucoup sur ses épaules.

1. En quoi consiste votre métier ?
Globalement, mon métier consiste à s’assurer que les clients que l’on accueille à l’hôtel repartent émerveillés et regrettent de nous quitter. Mon rôle est aussi d’assurer que les membres de l’équipe travaillent dans un atmosphère bénin tout en respectant les standards et protocoles établis.

2. Pourquoi avez-vous choisi le tourisme et quel est votre parcours professionnel ?
J’ai toujours été attirée par l’hôtellerie et quand j’ai terminé mes études secondaires j’ai fait le pas. Après être passée par l’École Hôtelière, j’ai débuté comme réceptionniste, puis comme superviseur dans un hôtel de 3 étoiles. J’y suis restée pendant trois ans. En l’an 2000, je suis partie en Angleterre pour continuer mes études. Je suis rentrée à l’île Maurice en 2002 et j’ai rejoint l’équipe de LUX Belle Mare comme réceptionniste. J’ai gravi les échelons petit à petit. De superviseur réception au responsable adjoint, de la relation clientèle à responsable de la relation clientèle, de responsable adjoint de la réception à responsable de la réception et finalement au poste que j’occupe, soit la responsable d’hébergement.

4. Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans l’exercice de votre métier ?
Travailler dans l’hôtellerie, c’est accepter que l’hôtel devienne, en quelque sorte, sa seconde maison. Dans les périodes de fêtes, ce sont les clients qui passent avant la maison et la famille, il faut l’accepter. Mais on ne réussit pas si la famille ne vous soutien pas et si la direction ne coopère pas. Il faut trouver l’équilibre.

Sheila Malloo entourée de son équipe

Il faut aussi être habitué aux imprévus, aux requêtes de dernières minutes. Il y a des situations complexes qui peuvent surgir à n’importe quel moment. Cependant, le plaisir de retourner les situations en un gain de confiance et de fidélité, est une grande satisfaction professionnelle.
Mon métier est connu pour ses longues heures et sa dureté. Il est donc très important de travailler le plus intelligemment possible tout en assurant que les opérations marchent à merveille.

5. Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui voudrait faire la même carrière que vous ?
Être patient, être à l’écoute et être sûr que vous être disposé à vous mettre au service des autres, des clients prioritairement. Si vous aimez apprendre, grandir patiemment, de toujours faire de votre mieux et continuer à voir le verre à moitié plein plutôt moitié vide, vous forgerez votre chemin petit bout de chemin.

6. Pensez-vous que le rôle de la femme est suffisamment valorisé dans le tourisme ?
Cela s’est nettement amélioré. Je vois des de plus en plus de femmes qui occupent des postes de responsables dans les hôtels, elles sont donc davantage valorisées. J’aurais néanmoins voulu voir plus de femmes les postes de direction. Un rapport de OIT (Organisation Internationale de travail) démontre que la diversité de genre dans les postes de direction, améliore les résultats des hôteliers et entreprises, il faudra donc que les entreprises mauriciennes fassent le pas. Cela permettra aussi, plus facilement, d’attirer des personnes de talent.

7. Avez-vous le sentiment que vous devez faire deux fois plus qu’un homme pour vous imposer dans votre métier ?
Oui très clairement. En présence d’une femme c’est souvent l’ego de l’homme qui s’exprime en premier et c’est davantage visible dans le monde du travail. Cela demande donc plus de tact et d’efforts pour faire avancer les choses. C’est dommage car les femmes sont d’un apport considérable. C’est souvent la femme qui perçoit le mieux le professionnalisme et talent d’une personne et apporte de la finesse et la fluidité dans les organisations. Il est donc nécessaire que l’on ne considère pas la femme comme un danger mais un atout.

8. Comment arrivez-vous à concilier votre travail avec votre rôle de femme/mère/épouse ?
Ce n’est pas toujours évident, car la majeure partie du temps je suis au travail. Le peu de temps que je passe en famille c’est du plaisir et c’est réciproque. J’ai de la chance d’être entouré des gens formidables qui contribue au bon déroulement de la maison quand je suis au travail. J’essaie au mieux d’être présent quand je sais qu’ils ont besoin de moi.

10. Quelles sont vos passions ?
Le cinéma, la musique, la danse et voyager. Je fais deux heures de route par jour, pour aller travailler quand il n’y a pas d’embouteillage ! Je mets donc la musique à fond, je conduis en dansant jusqu’à rentrer chez moi.

11. Gourmande ou gourmet ?
Je suis plus gourmet. J’aime bien aussi m’aventurer pour découvrir des mets. Cela m’arrive d’être gourmande aussi, au moins 5 jours par mois, les femmes…

12. Quelle a été, pour vous, la plus grande avancée féminine de ces 10 dernières années.
Voir comment Angela Merkel et Oprah Winfrey sont arrivées au sommet et y sont restées. Ce sont les femmes qui m’inspirent le plus.

13. Quelle est la place du sport dans votre vie ?
Ça m’arrive de faire un peu de sport de temps en temps

14. Le dernier livre que vous avez lu ?
On m’a tellement répété qu’il faut que je prenne soin de moi-même, pour avoir plus de force pour m’occuper des autres qu’en ce moment je lis « The little book of self-care ».

15. Quel est l’endroit que vous préférez le plus à Maurice ?
J’aime bien la route Bassin qui mène vers Rivière noire et le Sud Sauvage. J’adore les chaînes de montagnes, pour leur mystère, leur côté verdoyant et la une vue imprenable sur la mer qu’elles offrent.

Related posts

Leave a Reply

Required fields are marked *