Les femmes dans le tourisme : Angélique Samouilhan , Entrepreneure et fondatrice d’EcoMauritius.mu
FEMMES DANS LE TOURISME

Les femmes dans le tourisme : Angélique Samouilhan , Entrepreneure et fondatrice d’EcoMauritius.mu 

L’industrie touristique mauricienne doit aussi son succès au travail méticuleux, précieux, minutieux et passionné de milliers de femmes. Dans cette nouvelle rubrique « Île Maurice Tourisme » va rendre, sur une base hebdomadaire, hommage à ces milliers de femmes qui, dans l’ombre ou dans la lumière, façonnent elles aussi l’industrie-phare de l’île Maurice. “Ile Maurice Tourisme” accueille Angélique Samouilhan , la fondatrice d’un site unique : EcoMauritius.mu, la seule plateforme écologique de l’île Maurice. Bien avant que le tourisme durable ne devienne à la mode Angélique oeuvrait déjà vers un monde plus responsable. Son parcours est très inspirant et mérite que l’on s’y attarde.

En quoi consiste votre métier ?
Je suis la fondatrice et le directrice d’EcoMauritius.mu, la seule plateforme web écologique à Maurice. Ce site permet aux gens de découvrir, d’apprécier et d’acheter des produits, des activités, des hébergements, des événements, cours et des ateliers écologiques à Maurice. Nous soutenons et promouvons également les ONG et les entreprises locales qui sont toutes respectueuses de l’environnement.

 Pourquoi avez-vous choisi le tourisme et quel est votre parcours professionnel ?
Le tourisme est la célébration de la nature, de la culture, de l’histoire, de la nourriture et des habitants d’un pays. Aimant tellement notre île, il était gratifiant pour moi de voir tant de visiteurs apprécier tout ce que nous avons à offrir à Maurice.

 J’ai travaillé dans le secteur du tourisme, dans les boutiques d’hôtels, pendant environ 30 ans au sein de groupes hôteliers tels que Beachcomber, Naiade Resorts (aujourd’hui LUX*), Le Telfair Golf & Spa et So Mauritius, puis de sites d’attraction touristique majeurs comme Tamarina Golf et Casela Nature Park.

 J’ai lancé les boutiques de plusieurs groupes hôteliers au moment de leur ouverture ou de la réorganisation et de l’amélioration de leur activité commerciale, depuis la conception et l’achat jusqu’à l’expérience client, le service et la présentation visuelle. C’était un tel plaisir d’accompagner les touristes dans leur sélection de souvenirs pour leurs proches restés au pays.

 J’aime développer et responsabiliser les gens et c’est ce qui m’a poussé à mettre en place des programmes de formation pour les magasins et les boutiques, ce qui a permis de motiver les équipes et d’obtenir de merveilleux résultats. Bien avant que les expressions “acheter local” et “bannir le plastique” ne deviennent des expressions à la mode, je me concentrais déjà sur cette stratégie en tant que personne très impliquée dans l’environnement et qui aime collaborer et se développer avec des personnes locales créatives, ambitieuses et talentueuses.

 J’ai cofondé PAWS (Protection of Animal Welfare) et j’ai rejoint We-Recycle, Mauritius. Toute cette passion pour notre île, les animaux et les gens m’ont motivée à lancer notre beau site www.ecomauritius.mu. Je suis toujours consultante et formatrice pour vente et en marketing, ce qui est une merveilleuse façon d’apporter mes connaissances et mon expérience pour aider les autres.

 Pour moi, le tourisme, c’est aussi prendre soin de notre environnement et s’orienter vers un développement durable dans ce secteur. Nous devons développer et promouvoir des activités respectueuses de l’environnement pour les touristes étrangers ainsi que pour les résidents mauriciens qui souhaitent consacrer leur temps et leur argent à des activités vertes et à des hébergements à faible impact. Nous devons penser durable si nous voulons que notre économie se développe tout en laissant une empreinte carbone aussi faible que possible. La nouvelle vague de changement qui se produit en ce moment même dans le secteur de l’hôtellerie est réjouissante et encourageante !

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans l’exercice de votre métier ?
Lors du développement de produits pour les boutiques touristiques, il était parfois difficile de guider les artisans locaux pour qu’ils fabriquent ce que les étrangers veulent, et non ce que, les artisans, eux, aiment. Aujourd’hui, avec internet, il est devenu plus facile d’inspirer les créateurs (et non de les copier) pour développer des produits tendance, à la mode et les rendre authentiquement “mauritianisés”.

Pour EcoMauritius, nous nous adressons aux locaux comme aux étrangers, donc la mode, la qualité, l’authenticité, la durabilité et l’identité sont tout aussi importantes. Le Covid a rendu les choses très difficiles pour certains de nos partenaires d’EcoMauritius et nous essayons de les soutenir autant que possible.

L’une des grandes difficultés rencontrées lors de notre lancement a été l’arrêt des activités et des hébergements. Les groupes ne pouvaient pas se réunir et notre page de cours, d’événements et d’ateliers était également en difficulté. Plus de la moitié de notre site n’a pas été utilisée. Heureusement, la vente de nos produits a eu beaucoup de succès, car de plus en plus de personnes recherchent des produits biologiques, naturels et végétaliens, upcyclés et recyclés.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui voudrait faire la même carrière que vous ?
Quoi que vous choisissiez de faire, faites-le avec amour, gentillesse, respect et honnêteté. Les carrières évoluent et changent, donc soyez ouvert d’esprit et continuez à apprendre et à vous motiver, vous et les autres. Dans le commerce, nous savons qu’il est important de maîtriser toutes les procédures de calcul des coûts, de stock et d’achat, bien sûr, et que les processus de qualité et la formation, le tutorat et la responsabilisation du personnel sont extrêmement importants. Dans le commerce , le choix des produits et la façon dont ils sont mis en valeur sont cruciaux, tout comme le prix. L’emplacement est également très important, mais le commerce électronique gagne en popularité (tant mieux ecomauritius.mu !).

Parfois, en tant que détaillants, nous achetons des produits à la mode et abordables, mais ils ne marchent tout simplement pas…. au lieu de garder des stocks, essayez diverses tactiques pour les promouvoir et les vendre, puis débarrassez-vous-en (même à perte), car l’espace et l’argent qu’ils occupent empêcheront l’achat et la présentation d’autres articles qui peuvent apporter des revenus et des bénéfices.

La partie la plus importante de tout travail est d’écouter votre client (interne et externe), d’apprécier les bons et mauvais commentaires et de prendre des mesures dès que possible. Développer et adapter ou mourir…. Si vous avez une bonne équipe et une culture d’entreprise que vous créez et entretenez, alors le ciel est votre limite.

Pensez-vous que le rôle de la femme est suffisamment valorisé dans le tourisme ?
Je pense qu’à Maurice, dans l’industrie du tourisme, il y a un bon équilibre entre les hommes et les femmes dans les différents postes et positions. Je sais que dans certains départements, il peut encore y avoir un peu de sexisme, de la condescendance et du chauvinisme, et il faut avoir un fort caractère pour s’en sortir, mais en général, je pense que les femmes sont suffisamment valorisées dans la sphère professionnelle aujourd’hui.

Avez-vous le sentiment que vous devez faire deux fois plus qu’un homme pour vous imposer dans votre métier ?
Tout dépend des personnes que vous rencontrez. Aujourd’hui, il y a définitivement un changement dans le bon sens, même s’ il y a toujours des blagues mal placées ou des commentaires sexistes, ou encore une attitude déplorable et irrespectueuse. J’ai entendu pas mal de situations choquantes. Oui, je crois que je dois souvent faire plus d’efforts pour atteindre mes objectifs qu’un homologue masculin.

 Comment arrivez-vous à concilier votre travail avec votre rôle de femme/mère/épouse ?
Même si parfois ce n’est pas possible, il faut toujours “laisser le travail au travail” et profiter autant que possible de son temps personnel avec ses proches. Je dois cependant admettre qu’en tant qu’entrepreneure, c’est difficile car je consacre la majeure partie de mon temps et de mon énergie à mon projet de site web.

Avez-vous un modèle (local ou international) ?
Je suis inspirée par tellement de personnes. Si je devais faire une liste rapide : Anita Roddick, Brigitte Bardot, et ma sœur .

Quelles sont vos passions ?
La lecture, la peinture, la cuisine, les promenades dans nos belles forêts, la famille – chose la plus importante au monde-  et, bien sûr, mes chats.

Gourmande ou gourmet ?
Je suis végétalienne à la maison et lacto-ovo-végétarienne à l’extérieur. Je n’ai pas mangé de viande depuis l’âge de 12-13 ans. Je suis ravie qu’il y ait maintenant plus de choix de repas délicieux pour les végétariens. J’aime la nourriture, la bonne nourriture.

Quelle a été, pour vous, la plus grande avancée féminine de ces 10 dernières années ?
Je vois plus de femmes parmi les leaders mondiaux, une femme à la tête de l’IGF, et plus de femmes chefs d’entreprise qui réussissent. Une autre grande avancée est que le monde parle ouvertement de l’éducation des femmes, de l’excision génitale et des problèmes de menstruation, ce qui peut permettre aux femmes de certains pays de s’exprimer et d’aider leur pays à améliorer leur situation.

Quelle est la place du sport dans votre vie ?
Euhhhh…… Je marche la plupart des après-midis pendant environ 45 minutes… pas du tout sportive !

Le dernier livre que vous avez lu ?

‘The girl You left behind’ de Jojo Moyes

Quel est l’endroit que vous préférez le plus à Maurice ?
 Tamarin, où j’habite – notre beau village qui doit être préservé d’un développement affreux et incontrôlé. Sur la côte ouest, nous avons le privilège d’avoir nos marais salants historiques, de belles plages, des montagnes uniques et une nature endémique, les Gorges de la Rivière Noire, la faune locale qui visite nos jardins comme la perruche Echo et les chauves-souris, la mer calme et les vagues de réputation internationale de la baie de Tamarin et, bien sûr, les villageois avec notre style de vie unique, détendu et interconnecté.

Related posts

Leave a Reply

Required fields are marked *